Dépression : les signes, symptômes, causes et traitement

dépression
La dépression

La dépression rode lorsqu’on est triste et sans énergie la plupart du temps. on perd fréquemment l’intérêt pour les activités qui procuraient du plaisir auparavant. on présente aussi une perte (ou au contraire une amélioration) de l’appétit.
Par ailleurs, le sommeil est généralement perturbé : les personnes dépressives peuvent dormir beaucoup plus longtemps qu’auparavant ou au contraire souffrir d’insomnie (dans ce cas il s’agira souvent de réveils très tôt le matin). La dépression peut parfois être perçue par l’entourage comme un manque de motivation ou de courage.
Cependant, la personne qui souffre de dépression se trouve dans un réel désarroi et son état est donc à prendre au sérieux. Le désespoir des personnes dépressives peut être tellement fort qu’elles ont également des idées noires, un ralentissement de leurs mouvements et de leurs pensées.

Le traitement consistera, souvent en association avec un médicament antidépresseur, à retrouver des activités qui procurent du plaisir et à faire ces activités. En effet, les personnes déprimées ont souvent tendance à ne plus faire grand chose tellement toute activité devient pénible. Parallèlement à la remise en activité, un travail sera fait sur les pensées souvent négatives (appelées « ruminations ») qui envahissent la personne dépressive.

Se sentir déprimé de temps à autre fait partie de la vie. Si la tristesse persiste, il est possible qu’il y ait alors dépression. Plus qu’un simple blues temporaire, la dépression vous empêche de fonctionner et de profiter la vie comme vous l’entendez.

Une personne atteint d’une dépression sévère a peu ou pas d’intérêt pour le travail ou les loisirs, elle peut même avoir des difficultés à sortir de son lit. Avec un traitement et une aide, vous pouvez vous sentir mieux.  Apprendre à comprendre la dépression – y compris ses signes, ses symptômes et ses causes – est la première étape pour surmonter le problème.

Qu’est-ce que la dépression?

Il est impossible d’échapper aux vicissitudes de la vie.  Se sentir triste ou malheureux parce qu’on a été déçu, qu’on a perdu quelque chose ou quelqu’un, qu’on a été frustré ou par rapport à notre état de santé est normal.  Beaucoup de gens utilisent le mot «dépression» pour expliquer ce genre de sentiments, mais cette dépression situationnelle est une réaction normale aux événements qui nous arrivent.

La dépression clinique, elle, envahit votre vie toute entière, interfère avec votre capacité à travailler, étudier, manger, dormir, et à avoir du plaisir.  Elle ne vous lâche pas et ne vous laisse que peu ou pas de répit.

Êtes-vous cliniquement déprimé?

Si vous vous identifiez à plusieurs des symptômes suivants et qu’ils ont tendance à perdurer, vous souffrez peut-être d’une dépression.

  • vous ne dormez pas assez ou vous dormez trop
  • vous avez des difficultés à vous concentrer et les tâches qui vous paraissaient faciles auparavant vous paraissent maintenant difficiles
  • vous vous sentez inutile et sans espoir
  • vous ne pouvez pas contrôler vos pensées négatives, même si vous essayez
  • vous avez perdu l’appétit ou au contraire vous manger trop
  • vous êtes constamment irrité ou vous mettez en colère même pour de petites choses – et ceci est nouveau  pour vous
  • vous pensées que la vie ne vaut pas la peine d »être vécue, vous avez un plan pour mettre fin à vos jours (Demander de l »aide immédiatement si tel est le cas)

Les signes et les symptômes de la dépression

Il y a une grande différence entre être déprimé et souffrir de dépression clinique.  Le découragement de la dépression clinique est écrasant et constant.  Certaines personnes la décrivent comme le fait de « vivre dans un trou noir » ou d’avoir le sentiment que la chute est imminente.  Ils ne peuvent échapper à leur tristesse et à le désespoir.  Cependant, certaines personnes atteintes de dépression ne se sentent pas triste du tout.  À la place,  ils se sentent vides et sans vie.  Dans cet état d’apathie, ils ne peuvent pas faire l’expérience du plaisir.  Même lorsqu’ils participent à des activités qui leur plaisaient auparavant, ils ne se sentent pas à leur place.  Les signes et les symptômes varient d’une personne à l »autre et ils peuvent varier en intensité avec le temps.

Dépression, signes et symptômes

Sentiments d'impuissance et de désespoirVous voyez la vie en noir : rien ne va aller mieux et il n'y a rien que vous puissiez faire pour améliorer votre situation
Perte d'intérêt dans les activités journalièresAucun intérêt ou capacité de jouir de vos anciens passe-temps, des activités sociales ou du sexe
Modifications de l'appétit ou du poidsPerte ou gain de poids importante (un changement de plus de 5% du poids corporel en un mois)
Modifications du sommeilSoit insomnie, réveil en particulier dans les premières heures du matin, ou hypersomnie (également connu sous le nom de l'hypersomnie)
Agitation psychomotrice ou lenteurSoit un sentiment d’hyperactivité et d’être reposé ou un ralentissement
Perte d'énergieSentiment de fatigue physique.  Même de petites tâches sont épuisantes ou prennent plus de temps
AutodépréciationFort sentiment d'inutilité ou de culpabilité.  Critiques acerbes envers soi-même.
Problèmes de concentrationLa difficulté à se concentrer, à prendre des décisions, ou à se rappeler les choses
La dépression clinique se distingue de la situation de dépression par la longueur et la sévérité

 La dépression chez les hommes

La dépression est un mot chargé dans notre culture.  Beaucoup de gens l’associent, à tort, à un signe de faiblesse et d’émotions excessives.  C’est particulièrement vrai chez les hommes.  Les hommes déprimés sont moins susceptibles que les femmes à reconnaître leurs sentiments d’autodépréciation et de désespoir.

Comment la dépression se manifeste-elle chez les hommes ?  Souvent, elle se présente sous une forme «socialement acceptable».  La colère, l’agression, les comportements irresponsables et la violence, ainsi que l’abus de substances, peuvent être les signes d’une dépression sous-jacente.  Vous pourriez encore entendre des plaintes concernant la fatigue, l’irritabilité, les troubles du sommeil et une perte d’intérêt ou un intérêt excessif et soudain pour le travail et les loisirs.  Même si le taux de dépression est deux fois plus élevé chez les femmes, les hommes ont un risque de suicide plus élevé, en particulier les hommes plus âgés.

La dépression est un facteur de risque majeur de suicide.  Le profond désespoir accompagnant la dépression peut mener certaines personnes à penser que la seule façon de stopper la douleur est le suicide. Les personnes suicidaires donnent souvent des signes de leurs intentions.  La meilleure façon de prévenir le suicide est connaitre ces signes avant-coureurs et à réagir en conséquence.  Si vous pensez qu’un ami ou un membre de votre famille est suicidaire, vous pouvez jouer un rôle important en lui montrant les alternatives, en lui montrant que vous prenez soins de lui, qu’il compte à vos yeux, et en l’aidant à contacter un professionnel.

Pensées de mort et le suicide

Les idées suicidaires sont l’un des symptômes de la dépression sévère, et doivent toujours être prises au sérieux.  Si vous connaissez quelqu »un qui menace de ce suicider ou qui cherche à se faire du mal, tentez de vous faire aider par un professionnel.  Si vous vous sentez suicidaire, sachez qu »il ya beaucoup de gens qui peuvent vous soutenir en ces moments difficiles. Trouvez de l »aide.

Si vous envisagez de vous suicider composez le

0800 32 123

Les nombreux visages de la dépression

La dépression a des visages multiples.  Dans certains cas, la dépression peut couver à bas niveau pendant des mois et même des années.  Dans d’autres, les symptômes sont si forts que la vie s »arrête et le suicide devient une réelle préoccupation.  La dépression peut être déclenchée ou aggravée par des événements personnels ou interpersonnels, des changements hormonaux (comme après la naissance), et peut même être déclenché par le manque de lumière du soleil.

Dépression majeure

La dépression majeure est caractérisée par l’incapacité à profiter de la vie et à faire l’expérience du plaisir.  Le manque d’intérêt aux activités extérieures, un fort sentiment d’inutilité ou de culpabilité, des pensées que la vie ne vaut pas la peine d’être vécue, la perte ou la prise de poids, les troubles du sommeil – tous ces symptômes sont les signes de la dépression majeure.  Ces sentiments doivent persister pendant au moins deux semaines afin d’être considéré comme un épisode dépressif majeur.  Les symptômes peuvent varier en intensité : d’un épisode dépressif majeur léger, quand vous pouvez fonctionner en faisant un petit effort supplémentaire, à sévère, où vous n’avez plus la force d’effectuer la moindre activité.

Dysthymie (récurrentes, dépression légère)

Les personnes qui souffrent de dysthymie ont l’impression d’avoir toujours été déprimées.  Dans la dysthymie, les symptômes dépressifs ne sont pas aussi forts que dans un épisode de dépression majeure, mais ils durent plus longtemps, au moins deux ans.  Le plus souvent vous vous sentez légèrement ou modérément déprimée, même si vous avez parfois des sauts d’humeur.  Ces symptômes chroniques rendent difficile le souvenir de jours meilleurs et c’est difficile de profiter de la vie.

Dépression Postpartum

Les émotions fortes après  un accouchement, comme le  « baby blues », sont normaux.  Les nouvelles mamans se remettent de la naissance, sont susceptibles d’avoir été privées de sommeil, et s’adaptant aux responsabilités parentales.  La dépression postpartum est un plus durable et plus graves que le baby-blues.  Ce qui effraye les  mères souffrant de dépression postpartum sont les sentiments de vouloir éviter leur enfant ou même de vouloir lui faire du mal.  La dépression postpartum ne doit pas obligatoirement se produire juste après l’accouchement.  Elle peut survenir jusqu’à un an après l’accouchement.

Dépression saisonnière

Certaines personnes éprouvent des épisodes dépressifs avec une tendance saisonnière, normalement en hiver, lorsque la lumière solaire est limitée et les jours couverts sont fréquentes.  Ce type de dépression est plus fréquent dans les climats où l’hiver est le plus rigoureux, que les conditions météorologiques et le soleil sont limités, comme dans les pays du nord (Norvège, Island).

Maniaco-dépression – Lorsque la dépression n’est qu’un versant la médaille

La maniaco-dépression, aussi connue sous le nom de trouble bipolaire, se caractérise par des humeurs extrêmes et cycliques.  Les épisodes de dépression alternent avec des épisodes maniaques, qui peuvent inclure des comportements impulsifs, l’hyperactivité, un discours rapide, et peu ou pas de besoin sommeil. En règle générale, le passage d’une humeur extrême à l’autre est progressif, les épisodes maniaques et dépressifs durant pendant au moins plusieurs semaines.  Parfois, le passage d’une humeur à l’autre peut passer en quelques jours ou quelques heures.  En phase dépressive, une personne ayant un trouble bipolaire présentera les symptômes habituels de la dépression majeure.  Le traitement du trouble bi-polaire est différent de la dépression, surtout en ce qui concerne la médication.

Cyclothymie

La cyclothymie est une forme douce de maniaco-dépression caractérisée par une alternance d’épisode hypomaniaque et de dépression légère.

Dépression atypique

On appelle dépression atypique une variété de dépression associant à la tristesse les symptômes suivants :

  • hyperphagie, qui se manifeste par des conduites alimentaires de type boulimique, notamment boulimie sucrée
  • hypersomnie : il n »y a pas seulement inhibition avec « refuge sous la couette » mais augmentation du nombre d »heures de sommeil sans que celui-ci soit réparateur (dès le réveil la même sensation de fatigue est éprouvée)
  • hyper-réactivité aux relations avec l’environnement se manifestant par de l »irritabilité, des réactions émotionnelles excessivement fortes

Dépression les causes et les facteurs de risque

La dépression est une maladie biologique et psychologique.  Les médicaments seuls ne la guérissent pas.  La dépression est difficile à traiter car il arrive qu’elle soit diagnostiqué à tors.  Vous n’aimez pas votre emploi, vous vous sentez impuissant, sans espoir, le meilleur traitement sera de trouver un autre emploi qui vous corresponde mieux.  Vous venez d’emménager à un endroit, vous vous sentez seul, triste, le meilleur remède sera de vous faire de nouveaux amis au travail ou par l’intermédiaire d’une activité de loisir.  Ici, la dépression est situationnelle et est résolue en changeant la situation.

La dépression clinique est causée par une combinaison de facteurs biologiques, psychologiques et sociaux.  Il existe certains facteurs qui risquent de vous rendre plus vulnérable.  Connaitre ces facteurs de risque et changer votre mode de vie peut vous aider à réduire les risques de dépression.

  • Génétique. Si des membres de votre famille ont déjà souffert de dépression, vous êtes plus susceptible d’être vous-même frappé par la dépression, bien qu’il n’y ait pas actuellement de preuve d’un gène de la dépression.
  • Traumatisme ou abus lors de la petite enfance. Les traumatismes émotionnels ont des effets dévastateurs sur le psychisme.  Si vous faites une expérience traumatisante au début de votre vie, vous êtes plus susceptible de développer une dépression suite à un événement de vie stressant.
  • La solitude et le manque de soutien social. L’isolement et la solitude font partie des principaux facteurs de risque.  Le manque de soutien, que ce soit familial, entre amis ou collègues, rend le stress plus difficile à surmonter.  Les problèmes conjugaux peuvent également être l’origine d’un sentiment de solitude et de frustration.
  • De récentes expériences de vie stressantes ou traumatisantes. Certains événements, comme la perte d’un être cher, sont clairement stressant et peuvent significativement perturber votre vie.  Tout changement est potentiellement une expérience stressant car elle nécessite un effort d’adaptation, même les événements positifs comme une promotion, le mariage ou la naissance d’un enfant.
  • L »alcool et la drogue. L’alcool et les drogues peuvent causer de forts symptômes dépressifs.  Ils vous rendre plus vulnérable à la dépression, même si vous décidez d’en cesser la consommation.  Certaines personnes tentent de s’auto-médiquer par alcoolisation excessive et par la consommation de substances toxiques, mais cela ne fait qu »aggraver le problème.
  • Les finances et l’emploi. Les finances peuvent être une énorme source de stress.  Des factures ou une hypothèque impayée, ou la perte imprévue d’un emploi, sont des événements de vie très stressant.  La perte d’un emploi est un coup difficile pour l’estime de soi, en particulier pour les hommes qui investissent souvent plus que les femmes cette partie de leur vie.
  • Les problèmes de santé ou de la douleur chronique. Les problèmes de santé et la douleur chronique peuvent réduire votre mobilité, votre temps de travail ou votre temps libre.  Ils peuvent vous maintenir à l’écart socialement, générer de la frustration et la perte d’espoir.

Soigner la dépression

Il y a de nombreuses manières de soigner une dépression.  Ce qui marche pour l’un ne marchera pas nécessairement pour l’autre. Il n’y a donc pas un traitement approprié qui conviendra dans tous les cas.
Vous avez reconnu certains symptômes de dépression chez vous ? Ils semblent si énormes que changer vous semble impossible ? Vous avez reconnu ses symptômes chez un proche, et vous vous demandez comment les aider ?

Changements de mode de vie

Changer son mode de vie n’est pas facile, mais cela peut avoir des effets positifs rapidement et durablement.  Prenez le temps de bien observer votre propre style de vie.  Quels changements pourriez-vous faire, ou plutôt quel est la plus petite chose que vous pourriez faire qui pourrait être suffisamment importante pour être un changement mais encore assez petite pour que ce ne soit pas trop difficile à réaliser ?
Pour certaines personnes, la dépression, en particulier si elle n’est pas trop sévère, peut être endiguée avec la mise en place de certaines stratégies pas très compliquées et ne nécessitant pas l’intervention d’un spécialiste comme un psychologue, un psychothérapeute ou un psychiatre.  Prendre distance par rapport à vos pensées négatives, faire de l’exercice, mieux dormir (rétablir un rythme et des heures fixes), vous relaxer et utiliser des techniques de gestion du stress peut avoir une efficacité non négligeable pour sortir de la dépression.  Même pour les dépressions plus graves, mettre en place ces mesures de soutien en même temps que d’autres traitements peut vous aider construire des bases solides et réduire les risques de rechute.

Construire un réseau de soutien

Si l’idée même de changer de mode de vie parait trop difficile, ne paniquez pas.  C’est une manifestation normale de la dépression et cela ne signifie pas que vous soyez faible ou que vous ne pouvez pas changer !  Commencez doucement et demandez de l »aide.
Un élément clé de la récupération de toute la dépression est la (re)construction un système de soutien.  Cela peut être la famille, les amis, un groupe de soutien ou de travail avec un psychothérapeute ou un médecin.  Plus vous êtes isolé, plus vous êtes vulnérables à la dépression et plus il est difficile de s’en sortir.

Évaluation médicale et indication thérapeutique

Obtenir une évaluation par un professionnel de la santé est nécessaire pour écarter d »autres maladies qui ressemblent à la dépression. Même pour une dépression légère, l »aide d »un professionnel peut être utile, et elle est nécessaire pour une dépression sévère.
Il existe de nombreux types de psychothérapies pour soigner la dépression, tant en individuel qu »en groupe.  La thérapie cognitivo-comportementale (TCC), impliquant de changer les modes de pensées, les croyances et les comportements, est un traitement assez efficace si la dépression est liée à des sentiments négatifs de soi et à de la culpabilité.  La TCC s’est révélée être tout aussi efficace dans le traitement de la dépression que les médicaments et plus efficace encore pour en prévenir la rechute. La thérapie interpersonnelle (TI) est également recommandée pour traiter la dépression.

Soigner la dépression

Il y a de nombreuses manières de soigner une dépression.  Ce qui marche pour l’un ne marchera pas nécessairement pour l’autre. Il n’y a donc pas un traitement approprié qui conviendra dans tous les cas.
Vous avez reconnu certains symptômes de dépression chez vous ? Ils semblent si énormes que changer vous semble impossible ? Vous avez reconnu ses symptômes chez un proche, et vous vous demandez comment les aider ?

Changements de mode de vie

Changer son mode de vie n’est pas facile, mais cela peut avoir des effets positifs rapidement et durablement.  Prenez le temps de bien observer votre propre style de vie.  Quels changements pourriez-vous faire, ou plutôt quel est la plus petite chose que vous pourriez faire qui pourrait être suffisamment importante pour être un changement mais encore assez petite pour que ce ne soit pas trop difficile à réaliser ?
Pour certaines personnes, la dépression, en particulier si elle n’est pas trop sévère, peut être endiguée avec la mise en place de certaines stratégies pas très compliquées et ne nécessitant pas l’intervention d’un spécialiste comme un psychologue, un psychothérapeute ou un psychiatre.  Prendre distance par rapport à vos pensées négatives, faire de l’exercice, mieux dormir (rétablir un rythme et des heures fixes), vous relaxer et utiliser des techniques de gestion du stress peut avoir une efficacité non négligeable pour sortir de la dépression.  Même pour les dépressions plus graves, mettre en place ces mesures de soutien en même temps que d’autres traitements peut vous aider construire des bases solides et réduire les risques de rechute.

Construire un réseau de soutien

Si l’idée même de changer de mode de vie parait trop difficile, ne paniquez pas.  C’est une manifestation normale de la dépression et cela ne signifie pas que vous soyez faible ou que vous ne pouvez pas changer !  Commencez doucement et demandez de l »aide.
Un élément clé de la récupération de toute la dépression est la (re)construction un système de soutien.  Cela peut être la famille, les amis, un groupe de soutien ou de travail avec un psychothérapeute ou un médecin.  Plus vous êtes isolé, plus vous êtes vulnérables à la dépression et plus il est difficile de s’en sortir.

Évaluation médicale et indication thérapeutique

Obtenir une évaluation par un professionnel de la santé est nécessaire pour écarter d »autres maladies qui ressemblent à la dépression. Même pour une dépression légère, l »aide d »un professionnel peut être utile, et elle est nécessaire pour une dépression sévère.
Il existe de nombreux types de psychothérapies pour soigner la dépression, tant en individuel qu »en groupe.  La thérapie cognitivo-comportementale (TCC), impliquant de changer les modes de pensées, les croyances et les comportements, est un traitement assez efficace si la dépression est liée à des sentiments négatifs de soi et à de la culpabilité.  La TCC s’est révélée être tout aussi efficace dans le traitement de la dépression que les médicaments et plus efficace encore pour en prévenir la rechute. La thérapie interpersonnelle (TI) est également recommandée pour traiter la dépression.

 

Ressources pour la dépression

Dépressions.be : un site très informatif sur la dépression. Un peu trop pro-médicament et en même temps très bien construit.

www.similes.org
Association s’adressant à la famille et aux proches de personnes souffrant de troubles psychiques.
Site web disponible en français ou en néerlandais.

www.preventionsuicide.be
Le site du Centre de Prévention du Suicide asbl.
Ligne de crise: une écoute téléphonique 24h/24, dans l’anonymat, au  0800 32 123 (appel gratuit).
Ligne de crise (NL): 1813
Site web disponible en français ou en néerlandais.

Suivez-moi

Egide Altenloh

Psychologue - Coach - Thérapeute et Formateur ACT chez Psyris
Psychologue comportementaliste, coach et formateur ACT. Egide est la personne ressource pour tout ce qui touche à la thérapie intégrative, aux émotions et à la créativité.
Il est responsable de la consultation générale à Psyris et des formations (ACT - version thérapie et version coaching ; coaching 3ème vague).
Il est responsable des services PSYRIS pour les entreprises (interventions/groupes/coaching).
Egide Altenloh
Suivez-moi