Exercice ACT Thérapie d’Acceptation et d’Engagement | Espace de Sécurité

L’intention de cet exercice est de favoriser la conscience d’un « espace sécurisé » où le patient peut se retirer un moment pour retrouver son souffle avant de reprendre l’exercice.

Il peut également être utilisé pour les expositions en imagerie à des souvenirs traumatiques. Dans ce cas, on insistera, lors de la construction de l’espace de sécurité, sur le fait que le patient est le seul à pouvoir venir dans cet espace. On insistera sur le fait que dans cet espace, tout est sous son contrôle. On pourrait proposer de visualiser un contenant (ex. : coffre, boite, vase) dans l’espace de sécurité qui permettrait de recevoir toutes émotions, sensations, pensées, images ou souvenirs inconfortables sans que ceux-ci puissent en sortir sans l’autorisation du patient.

En parallèle, cet exercice permet de favoriser un terrain ou le patient pourra retrouver de la flexibilité et de la variabilité comportementale. Cette flexibilisation est importante à entrainer lorsque le patient sera confronté à des stimuli qui habituellement réduisent celles-ci à peau de chagrin en maintenant les réponses du patient dans une palette restreinte de comportements similaires à la fuite ou à la sidération.

Comment ça marche?

Commencez par pratiquer un exercice court de relaxation, quelques minutes suffisent.

Centrez-vous sur votre respiration, observez les différentes zones de tension de votre corps et essayez, du mieux que vous le pouvez, des les détendre.

Lorsque vous êtes bien détendu, permettez à votre esprit de se centrer sur un espace qui vous donne un sentiment de sécurité, de calme et de contentement. 

Cet espace peut varier d’un jour à l’autre. Le patient n’est pas obligé d’avoir le même à chaque fois, cependant, travailler avec le même espace favorise un sentiment de maitrise dans celui-ci. Pour maximiser l’immersion du patient dans sa visualisation, passez en revue tous les sens au court de votre proposition de visualisation.

Votre espace peut être une noble forêt où les feuilles des arbres dansent doucement dans la brise, où de puissants faisceaux de lumière illuminent le sol. Essayez de sentir le vent qui, doucement, fait glisser l’air sur votre visage. Prenez conscience de la danse des rayons de lumières devant vous. Écoutez le profond grincement des arbres. Sentez l’odeur fraiche et sauvage de la forêt. 

Votre espace peut être une magnifique plage avec une mer bleue étincelante rencontrant un ciel turquoise à l’horizon. Sous vos pieds, se trouve un sable blanc, doux et fin, au toucher soyeux. Vous pouvez entendre le doux ressac des vagues sur la rive. Essayez de ressentir le soleil sur votre visage, percevez la lumière qui danse sur les vagues en milliers de petits cristaux lumineux, sentez la douceur du sable fin lorsque vos orteils s’y enfoncent, réjouissez-vous de la douce brise qui frôle votre visage.

Votre espace peut être un âtre où se consume un feu de bois. Vous pouvez entendre crépiter les buches et sentir la fumée. 

Peu importe l’endroit, l’objectif est de le rendre le plus présent possible à votre esprit en maximisant la quantité et la qualité des détails sensoriels de votre image.

Ceci est votre espace, un endroit unique où vous êtes totalement en sécurité. Vous pouvez ajouter l’expérience que cet endroit est très heureux de vous accueillir et que vous y êtes le bienvenu. 

Se sentir accueilli peut être très utile dans ce type d’imagerie.

Respirez tranquillement à l’intérieur de cet espace. Profitez de quelques minutes pour l’explorer à votre rythme.

Comptez 3 minutes et puis terminer l’exercice en douceur en ramenant le patient à l’expérience sensoriel de l’endroit où il se trouve, la chaise, la pièce, les bruits de la rue…

Consignes pour le débriefing

Le patient peut pratiquer cet exercice à n’importe quel moment — en attendant le bus où dans son bain.

La difficulté de cet exercice varie d’une personne à l’autre et dépend en grande partie de l’entrainement du patient à l’imagerie. Lorsqu’il se sent stressé ou chagriné, vous pouvez lui suggérer de faire un peu de relaxation pendant quelques minutes en respirant profondément avec son ventre puis de se permettre de passer un petit moment d’apaisement dans cet endroit de sécurité. Rappelez-lui de passer à travers tous ses sens pendant l’imagerie.

Explorez avec lui les difficultés qu’il a rencontrées, et centrez-vous sur son expérience, identifiez les jugements et les « pensées bloquantes » et aidez-le à prendre un peu de distance avec celles-ci au bénéfice de la pratique.

Alternative

L’espace dégagé du Focusing réinterprété pour la thérapie centrée sur les émotions

Cet outil est en quelque sorte un focusing sur le bien-être.

  1. Portez votre attention au niveau de votre torse et posez vous la question «Ou suis-je maintenant?» et/ou «Qu’est-ce qui m’empêche maintenant de me sentir bien?» et ne répondez pas à la question. Laissez votre corps trouver sa réponse. Attendez qu’une réponse corporelle se forme en relation à ce qui vous préoccupe. 
  2. Trouvez un symbole pour ce ressenti : un mot, une phrase, une image ou un geste qui capturent les qualités sensorielles de votre corps en relation à cette préoccupation.
  3. Faites résonner ce symbole. C’est-à-dire, évoquez-le pour vous-même et vérifiez s’il correspond exactement à ce que vous ressentez en relation à cette préoccupation.  
  4. Donnez à cette préoccupation une attention bienveillante quelques instants et imaginez déposer votre ressenti corporel de cette préoccupation dans un espace sécurisé en dehors de votre corps.
  5. Répétez l’étape 1, 2, 3 et 4 jusqu’à ce que chaque préoccupation que porte actuellement votre corps soit dans un espace sécurisé en dehors de votre corps.
  6. À présent, portez votre attention à l’intérieur de votre corps et à l’expérience de se sentir bien, dans cet espace nettoyé qui s’ouvre à vous.
  7. Accueillez cet espace, trouvez un symbole pour lui, faites-le résonner et attendez, laissez venir ce qui vient comme cela vient.

Bibliographie :

Gilbert, P. (2010). The compassionate mind : a new approach to life’s challenges. London : Constable.

Egide Altenloh
Suivez-moi

Egide Altenloh

Psychologue - Coach - Thérapeute et Formateur ACT chez Psyris
Psychologue comportementaliste, coach et formateur ACT. Egide est la personne ressource pour tout ce qui touche à la thérapie intégrative, aux émotions et à la créativité.
Il est responsable de la consultation générale à Psyris et des formations (ACT - version thérapie et version coaching ; coaching 3ème vague).
Il est responsable des services PSYRIS pour les entreprises (interventions/groupes/coaching).
Egide Altenloh
Suivez-moi