Qui-suis-je ? | Exercice pleine conscience et acceptation

Cet exercice est destiné à favoriser l’expérimentation de ce qu’on appelle en ACT du Soi-comme-contexte, ou encore un espace d’expérience, ou encore le contenant de la conscience.

Mise en place

Le client est assis sur une chaise, le dos droit, les yeux fermés.

Script de l’exercice

L’expérience de la conscience est accessible à chaque instant, que vous soyez en période éveillée ou en train de rêver. Cette perspective de témoin de l’expérience qui se déroule est disponible dans n’importe quel état, y compris votre propre état actuel de conscience de ce moment précis. Je vais donc vous parler de cet état. Je ne vais pas essayer de vous mettre dans un état particulier de conscience ou encore altérer votre conscience ou vous mettre dans un état non ordinaire. Je vais simplement souligner quelque chose qui est déjà en cours dans votre propre présent, dans votre quotidien, votre état naturel.

Commençons par être simplement présent du monde qui nous entoure. Regarder devant vous. Le ciel, un mur, un objet. Peu importe ce qui est présent devant vous. 

Observez de qui est disponible et laissez votre esprit se détendre. Laissez votre esprit se mêler à ce qui est disponible. Remarquez les nuages flotter doucement, les couleurs, les contrastes. Votre prise de conscience actuelle est très simple, sans effort, facile, spontanée. 

Remarquez tout simplement qu’il y a une prise de conscience sans effort de ce qui est : les nuages, les contours, les couleurs … ce qui se dépose dans votre conscience. La même chose est vraie pour les arbres, les oiseaux, les rochers. Vous les notez simplement, sans effort.

Remarquez à présent les sensations dans votre corps. Vous pouvez constater toutes vos sensations corporelles présentes, comme la pression de votre assise, la chaleur dans votre ventre, peut-être les sensations de tension dans votre cou ou encore une oppression dans la poitrine. Même si ces sensations sont inconfortables, il vous est possible d’en prendre conscience. Ces sensations se déposent dans votre conscience présente et cette prise de conscience est simple, facile, sans effort, spontanée. Vous les notez simplement, sans effort.

Observez les pensées qui se déplacent dans votre esprit. Remarquez les diverses images, symboles, concepts, désirs, les  espoirs et les craintes, tous ces contenus coulant spontanément dans votre conscience. Ils se posent, restent un peu puis passent. Ces pensées et sentiments surgissent dans votre conscience présente. Cette prise de conscience est facile, simple, sans effort, spontanée. Vous les notez simplement, sans effort.

Remarquez ceci : vous pouvez voir les nuages flotter par ce que vous n’êtes pas ses nuages, vous êtes le témoin de ces nuages. Vous pouvez sentir des sensations corporelles car vous n’êtes pas ces sensations – vous êtes le témoin de ces sensations. Vous pouvez voir vos pensées défilées car vous n’êtes pas ses pensées, vous en êtes le témoin. 

Spontanément et naturellement, toutes ces choses se produisent, indépendamment de vous, dans votre présent, dans votre conscience sans effort.

Alors, qui êtes-vous ? Vous n’êtes pas les objets, vous n’êtes pas les sentiments, vous n’êtes pas les pensées. Vous êtes conscient de ceux-ci et vous n’êtes pas ceux-ci. Qui donc, ou Quoi donc êtes-vous ?

Posez-vous ces questions, verbalisez-les mentalement : J’ai des sentiments, mais je ne suis pas ces sentiments. Qui suis-je ? J’ai des pensées, mais je ne suis pas ces pensées. Qui suis-je ? J’ai des désirs mais je ne suis pas ces désirs. Qui suis-je ?

Ce faisant vous vous retranchez dans la conscience. Votre propre conscience. Vous vous retranchez dans le témoin et vous vous reposez dans celui-ci. Je ne suis pas les objets, je ne suis pas les sentiments, je ne suis pas les désirs, je ne suis pas les peurs, je ne suis pas les pensées.

Il arrive souvent que la plupart d’entre nous s’attendent à quelque chose d’extraordinaire quand ils prennent la position de témoin. Quelque chose de spéciale, qu’ils n’ont jamais ressenti auparavant. C’est une erreur. Vous ne trouverez rien de spécial. Vous ne verrez rien d’extraordinaire se produire. Si vous voyez quelque chose, c’est juste un autre objet, un autre sentiment, une autre pensée, une autre sensation, une autre image. Mais ce sont tous des objets, ce sont ce que vous n’êtes pas. Alors, qui êtes-vous ?

A mesure que vous reposez dans cette perspective de témoin, que vous remarquez que vous n’êtes pas ces objets, que vous n’êtes pas ces sentiments, que vous n’êtes pas ces désirs et ces peurs, que vous n’êtes pas ces pensées, un sentiment de libération peut émerger. Un autre objet. Les barreaux de la prison de l’identification aux choses, sentiments, pensées s’effacent. Vous n’êtes pas votre corps, vous n’êtes pas votre égo, vous n’êtes pas ces objets car tous peuvent être observés et ne sont donc pas vous, le vrai Soi, le témoin, ce que vous êtes vraiment.

Vous ne verrez rien de particulier. Tout ce qui est est bien. Les nuages flottent dans le ciel, les sensations et sentiments flottent dans le corps, les pensées flottent dans la tête et vous pouvez facilement, sans effort, spontanément, assister à tout. Ils apparaissent tous dans votre propre présent, sans effort. Cette prise de conscience du témoin silencieux n’est pas quelque chose de spécifique que vous pouvez voir. Il est juste un puits sans fond de liberté ou de vide, et dans ce vide, vous êtes. Tout le monde qui vous entoure peut s’y manifester. Il est une sorte d’espace sans fin, sans limite, sans matière. Des objets, des planètes peuvent peupler cet univers mais ne sont pas l’espace qui les contient. Vous êtes la liberté, l’ouverture, la vacuité et non les choses décousues qui se posent en elle. Vous êtes l’espace entre les choses. Le silence qui accueille les sons.

En reposant dans ce vide, libre, facile, sans effort, vous pouvez remarquer que les nuages se posent dans le vaste espace de votre conscience. Les nuages se posent en vous. Vous pouvez gouter les nuages et faire un avec eux. C’est comme s’il était à l’intérieur de votre peau. 

Comme si votre conscience et le ciel ne faisaient plus qu’un et que toute chose dans le ciel flotte grâce à votre conscience. Vous pouvez embrasser le soleil, avaler la montagne, ils sont si près.

Vous voyez ?

Consignes pour le débriefing

Posez des questions au client autour de son expérience de l’exercice. Certaines personnes éprouvent des difficultés avec le vide qui peut émerger de cet exercice. Si cela se produit avec l’un de vos patients, Explorez avec lui alors si ce vide se présente parfois dans sa vie et comment il y réagit, et quels sont les conséquences de sa réaction.

Vous pouvez, au cours du débriefing, suggérer que cet espace peut être intéressant a contacter lorsque les mots, les images et les émotions inconfortables sont très présents et empêchent le patient d’avance dans sa vie. L’idée n’est pas d’utiliser cela comme un moyen d’éviter les expériences mais de se permettre de les aborder autrement, en changeant la façon dont il rentre en relation avec elle.

Référence :

https://contextualscience.org

Egide Altenloh
Suivez-moi

Egide Altenloh

Psychologue - Coach - Thérapeute et Formateur ACT chez Psyris
Psychologue comportementaliste, coach et formateur ACT. Egide est la personne ressource pour tout ce qui touche à la thérapie intégrative, aux émotions et à la créativité.
Il est responsable de la consultation générale à Psyris et des formations (ACT - version thérapie et version coaching ; coaching 3ème vague).
Il est responsable des services PSYRIS pour les entreprises (interventions/groupes/coaching).
Egide Altenloh
Suivez-moi