Les dangers de la colère non exprimée

danger colère

Connaissez-vous l’histoire du Lion et du Rat, cette fameuse fable de Jean de La Fontaine ? Le Lion, roi des animaux, se retrouve un jour piégé dans un filet. Malgré sa colère et sa force, il ne peut se libérer. C’est alors qu’un petit Rat passe par là. Le Lion, au lieu de se laisser submerger par sa colère face à sa situation humiliante, exprime son ressentiment et obtient de l’aide. Le petit Rat décide alors de l’aider et coupe les liens qui emprisonnent le Lion. Voilà une leçon de la littérature classique sur le pouvoir de l’expression de la colère.

Mais que se passerait-il si le Lion avait gardé sa colère pour lui, l’avait laissée mijoter en silence ? C’est le sujet de notre discussion d’aujourd’hui : les dangers de la colère non exprimée.

Le Feu dévorant de la colère

Le feu de la colère est brûlant et cause des dégâts parfois irréversibles. Cependant, il peut aussi être bien utile si on sait comment l’utiliser. C’est un signal d’alarme, nous indiquant qu’il y a quelque chose qui ne va pas, qu’une limite a été franchie, qu’un besoin n’a pas été satisfait.

Mais lorsque ce feu brûle en silence, il devient une menace. Il consume notre sérénité, notre bien-être, créant un brasier dans notre cœur qui peut s’enflammer à tout moment.

Les répercussions sur le corps et l’esprit

La colère non exprimée n’est pas sans conséquences sur notre santé. Elle peut mettre le feu à diverses maladies, comme l’hypertension, les troubles du sommeil, l’obésité et le diabète. Ce n’est pas juste une vieille sorcière racontant des histoires effrayantes, c’est du sérieux !

De plus, ce brasier intérieur peut également affecter notre santé mentale. Il peut engendrer de l’anxiété, de la dépression, diminuer notre empathie, affecter notre capacité de résolution de problème, impacter notre capacité à négocier et nuire à notre estime de soi. Imaginez-vous vivre avec une bombe à retardement dans la tête, vous rendant nerveux et inquiet. La perspective n’est pas très réjouissante, n’est-ce pas ?

La colère refoulée : un ouragan en pleine formation

À l’instar d’une brise qui se transforme en ouragan, la colère non exprimée peut s’accumuler et grandir avec le temps. Chaque incident, chaque frustration, chaque déception alimente cet ouragan. Et, un jour, cet ouragan peut faire des ravages.

Lorsque l’ouragan de la colère éclate, les dégâts peuvent être importants. Les relations peuvent être endommagées, parfois même de façon irrémédiable. La réaction peut être excessive, disproportionnée par rapport à la situation qui a déclenché l’explosion.

L’impact sur nos relations

La colère non exprimée peut également agir comme un ver dans le fruit de nos relations. Elle peut se manifester par un comportement passif-agressif, des sarcasmes, ou des actions destinées à « punir » l’autre. C’est comme planter des orties dans le jardin d’un ami : tôt ou tard, bobonne en fera les frais.

En gardant notre colère pour nous, nous empêchons les autres de comprendre nos sentiments et nos besoins. Nous érigeons un mur entre nous, ce qui nuit à l’intimité et à la compréhension mutuelle.

L’expression constructive de la colère

Alors, comment devons-nous gérer ce brasier intérieur sans le laisser dévaster tout sur son passage, ou en le gardant enfermé à double tour, prêt à exploser ? La clé est de trouver une manière constructive d’exprimer notre colère.

Exprimer sa colère ne signifie pas forcément tempêter ou crier. Il s’agit plutôt de partager nos sentiments et nos besoins de manière respectueuse. C’est un peu la différence entre un cuisinier et un pyromane : le premier sait utiliser le feu pour cuisiner un délicieux repas, le second pour incendier la cuisine. (Elle n’est pas terrible, mais elle me fait rire)

La colère est une émotion naturelle et saine. C’est une réponse à une injustice, une violation de nos limites, un besoin non satisfait. Si nous savons comment l’exprimer de manière constructive, elle peut devenir un outil de changement et de croissance personnelle.

Pour conclure, ne laissez pas la colère non exprimée devenir un brasier qui vous consume de l’intérieur. Apprenez à exprimer votre colère de manière constructive, pour le bien-être de vous-même et de vos relations. Et souvenez-vous : derrière chaque nuage de colère, le soleil de la paix attend de briller à nouveau.

Alors, la prochaine fois que vous sentirez la colère bouillir en vous, souvenez-vous du Lion et du Rat. Exprimez votre colère et demandez de l’aide si nécessaire. Parce que, comme le disait le grand philosophe, Elvis Presley : « On ne peut pas aller bien loin en laissant derrière soi ce qu’il y a de plus profond en nous. »

PS : Pas sûr que ce soit Elvis qui ait dit ça, ni même que ce soit une citation, mais bon, je n’ai rien trouvé de mieux pour conclure. Si vous avez des idées de citations, n’hésitez pas à les laisser en commentaires 🙂

PPS : Vous vous demandez comment faire pour exprimer sainement votre colère ? Alors entraînez-vous à appliquer la technique des 4R de la colère (Rrrr … ça le fait pour exprimer sa colère non ?) : Reculer (s’éloigner de la situation, ne plus être en contact avec la personne, faire une pause) ; Respirer (utiliser une technique de respiration pour réguler votre colère) ; Réfléchir (Réfléchir à ce qui a été touché, qu’est-ce qui a réellement déclenché votre colère, quelles limites ont été franchies ?) ; Revenir (une fois revenu au calme et conscient de ce qui a été touché en vous, revenez vers l’autre et discutez de ce qui s’est passé).

Petite astuce : assurez-vous que votre interlocuteur soit lui aussi calme et disponible à échanger avec vous autre chose que des noms d’oiseaux.

Bisous et bonne fête à toutes les mamans.

Image par Anna Na-Maus de Pixabay

Egide Altenloh
Suivez-moi

Laisser un commentaire